Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Naissance de la Société coopérative jurassienne d’habitation

Des immeubles.
© Jean-Claude Prince

A Bassecourt, la Société coopérative FOMH a réalisé la construction de plusieurs logements. L’immeuble de droite, bâti en 1953, comprend 16 appartements. Sur la gauche, 12 logements ont été érigés en 1993. A l’avant-plan, le terrain constructible de 3853 m2 acquis par la coopérative en 2017.

Quatre coopératives aux origines syndicales ont décidé d’unir leurs forces. La nouvelle société entend jouer un rôle de leader dans la promotion du logement d’utilité publique

Née de la fusion de quatre sociétés coopératives immobilières d’obédience syndicale implantées dans le canton du Jura, une «Société coopérative jurassienne d’habitation» a vu le jour le 24 mai dernier à Delémont.

Elle regroupe désormais sous le même toit la Société coopérative immobilière du cartel syndical à Delémont et Courroux, la Société coopérative d’habitation du Mont-Terrible à Delémont et Boécourt, la Société coopérative de construction SORALI à Courtételle et la Société coopérative de construction FOMH de Haute-Sorne à Bassecourt.

Ayant réuni les quorums statutaires nécessaires, chacune de ces quatre sociétés a approuvé cette fusion à l’unanimité. Un conseil d’administration de quinze membres a été désigné. Au total, les parts sociales, d’un montant de 640000 francs, sont détenues par 232 coopérateurs qui ne disposent chacun que d’une voix, quel que soit le montant souscrit. Tous les locataires sont détenteurs de parts sociales; ils sont par conséquent tous conviés aux assemblées générales et ont voix au chapitre dans la gestion de leur coopérative.

Propriétaire de 201 appartements, la nouvelle société entend, avec les communes partenaires, jouer un rôle de leader dans la promotion du logement d’utilité publique, domaine malheureusement délaissé par les autorités cantonales et fédérales.

Les coopératives d’habitation ne réalisent aucun profit inutile de la gestion de leurs immeubles. Elles facturent un loyer fondé sur les coûts. Elles offrent non seulement un logement avantageux aux locataires de condition modeste, mais elles leur assurent aussi une sécurité inégalable puisque leur toit est soustrait de toute opération spéculative et qu’ils ne risquent pas d’être victimes de résiliations abusives.

Composé de quinze membres, dont cinq représentants des communes, le conseil d’administration se réunira prochainement pour se constituer et désigner un conseil de gestion chargé notamment de liquider les affaires courantes. Le siège de la Société coopérative jurassienne d’habitation (dont Unia est partenaire) est à Delémont.

Si vous êtes à la recherche d’un appartement d’utilité publique dans la vallée de Delémont adressez-vous à la gérance de la Société coopérative: AGERIM Sàrl, rue du Stand 41, 2800 Delémont, agerim.ch, tél. 032 422 69 37.

Pour aller plus loin

Reconnaissance d’un travail méconnu

brevet secrétaires syndicaux

Deux employées romandes d’Unia ont obtenu leur brevet fédéral de secrétaire syndicale. Retour sur leur démarche

La jeunesse d’Unia monte au créneau

Des jeunes militants Unia tiennent un drapeau

Non à la haine et à la violence! Des jeunes syndicalistes d’Unia sont montés au créneau, en l’occurrence sur les remparts du château de Bellinzone, pour défendre symboliquement les...

Les multiples facettes de la liberté syndicale

Action sur les chantiers d'Unia Genève avec une banderole

La reconnaissance du droit d’accès des syndicats aux lieux de travail marque une victoire d’étape dans le combat pour la réalisation effective de la liberté syndicale en Suisse. Ce n’est toutefois pas suffisant pour protéger le personnel contre les licenciements antisyndicaux et le harcèlement au travail

«Apprendre l’histoire pour mieux se projeter dans l’avenir»

Unia Fribourg lance un appel à toutes les personnes disposant de banderoles, drapeaux, documents syndicaux, etc., dans le but de préserver et de valoriser ces objets