Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Anticiper, se préparer et répondre aux crises

A l’occasion du 28 avril, Journée internationale de commémoration des travailleurs, l’OIT appelle à investir dans des systèmes de sécurité et de santé au travail résilients

La pandémie de Covid-19 a conduit les gouvernements, les employeurs, les travailleurs et l’ensemble de la population à relever des défis sans précédent liés au virus SARS-CoV-2 et à ses nombreux effets sur le monde du travail. La Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail du 28 avril est axée cette année sur des stratégies de renforcement des systèmes nationaux de sécurité et de santé au travail (SST) visant à accroître la résilience, pour faire face aux crises actuelles et futures, en mettant à profit les leçons tirées et l’expérience acquise dans le monde du travail.

Depuis qu’elle s’est transformée en crise mondiale début 2020, la pandémie de Covid-19 a eu de profondes répercussions, partout. Elle a touché presque tous les aspects du monde du travail, avec le risque de transmission du virus sur les lieux professionnels et l’émergence de risques pour la sécurité et la santé au travail résultant des mesures prises pour limiter la propagation du virus. L’adoption de nouvelles modalités d’exercer son activité professionnelle, telles que le recours généralisé au télétravail, offre par exemple de nombreuses possibilités aux travailleurs mais s’accompagne aussi de risques potentiels en matière de SST, notamment de risques psychosociaux et en particulier de violences.

La Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail 2021 est centrée sur la mobilisation des éléments d’un système de SST décrits dans la convention no 187 de l’OIT sur le cadre promotionnel pour la sécurité et la santé au travail de 2006. Le rapport publié à l’occasion de cette journée analyse de quelle manière la crise actuelle démontre l’importance de renforcer les systèmes de SST, notamment les services de santé au travail, au niveau national et dans les entreprises.

L’Organisation internationale du travail (OIT) saisit cette occasion pour accroître la sensibilisation et encourager le dialogue sur l’importance de créer des systèmes de SST résilients et d’investir dans ceux-ci, en s’inspirant d’initiatives régionales et nationales déjà menées pour limiter et prévenir la propagation du Covid-19 sur le lieu de travail.

OIT/L’ES

Pour aller plus loin

La face cachée de l’apprentissage en Suisse

Quatre femmes posent devant un drapeau d'Unia

Alors que notre système de formation duale est souvent cité en modèle, une enquête d’Unia révèle que les apprentis souffrent de stress et d’épuisement, entre autres

Quand le patron abandonne son poste

Les employés de Carletti

Des employés d’une entreprise genevoise de plomberie sont restés sans nouvelles de leur patron pendant deux semaines, puis ils ont été licenciés sans être payés. Unia est sur le dossier

Travail forcé: davantage de victimes et des profits faramineux

Le travail forcé génère, dans l’économie privée, 236 milliards de dollars de bénéfices illégaux par an, soit, depuis sept ans, 37% de plus.

Le travail contraint dans le secteur privé a augmenté, selon une nouvelle étude internationale consacrée à la question

Le travail, bonheur pour les uns, fardeau pour les autres

Selon Paul Magnette, différents indicateurs comme la croissance des pathologies professionnelles (maux de dos ou de tête, dépressions, burn-out) expriment le désir d’autres formes de travail.

Quand la moitié de nos contemporains disent s’épanouir dans leur emploi, l’ouvrage «L’autre moitié du monde» relève qu’un salarié sur deux vit dans la souffrance