Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

«Nous avons réalisé un très gros travail ces quatre dernières années»

prix
© Philippe Zimmermann

Le 29 janvier dernier, lors de l’assemblée nationale du secteur tertiaire d’Unia, la vice-présidente du syndicat Véronique Polito a remis le «Prix engagement» au groupe professionnel Coop, représenté par de nombreux membres. 

Fort de sa mobilisation et du succès remporté lors des négociations salariales, le groupe professionnel Coop est distingué par le «Prix engagement» d’Unia

Le groupe professionnel Coop est le lauréat 2024 du «Prix engagement» d’Unia. Décernée par le secteur tertiaire du syndicat, cette distinction honore chaque année les membres particulièrement actifs en rappelant qu’un engagement commun peut susciter des changements bénéfiques dans une entreprise ou une branche. Réunie le 29 janvier, l’assemblée du secteur a choisi les militantes et les militants d’Unia qui ont contribué de façon décisive à l’obtention d’une augmentation de 140 francs pour tous les salaires inférieurs à 4800 francs chez Coop et à une revalorisation des salaires minimums de 100 à 300 francs. «Ce succès est le fruit d’une collaboration solidaire et résolue des membres syndiqués», a rapporté le syndicat dans un communiqué.

«Je suis très fière de mes collègues, nous avons réalisé un très gros travail ces quatre dernières années», commente la présidente du groupe professionnel Coop d’Unia, Anne Lüthi Richard. Cette employée du centre commercial Signy, sur les hauteurs de Nyon, se souvient: «Lorsque j’ai rejoint le groupe, nous n’étions pas nombreux, mais nous avons insisté sur l’importance d’aller sur le terrain. Moi, je suis caissière, mais mes collègues ne savaient pas que j’étais membre du syndicat.» Un secrétaire syndical, Bruno Eduardo Maria, est alors détaché pour la branche Coop Vaud. «Il a fait un travail énorme», assure la vendeuse, qui l’a accompagné dans ses tournées. «En discutant avec les collègues, ils ont compris qu’ils ne risquaient rien à s’engager. Dans mon magasin, j’étais la seule déléguée active; à l’heure actuelle, nous sommes quatre et une quinzaine pour le canton. Nous nous mobilisons et répondons aux collègues quand ils ont des questions ou un souci, ils savent à qui s’adresser. Nous avons montré l’exemple en interne et aussi dans les autres régions. L’année passée, nous nous sommes retrouvés à presque cent à une séance!»

Secrétaire syndical d’Unia Zurich-Schaffhouse, Urim Dakaj confirme ce changement: «Il y avait beaucoup de membres, mais ils ne parlaient pas de leur appartenance au syndicat. Aujourd'hui, c'est différent, ils en parlent ouvertement dans leurs filiales et défendent leurs opinions, ils participent à des actions et se montrent dans les médias. L'année dernière, nous avons ainsi donné beaucoup d'interviews dans les journaux, à la télévision et nous avons tourné des vidéos.» Le syndicaliste alémanique est intervenu devant l’assemblée des délégués pour présenter la candidature des militants groupe professionnel Coop. «Ce sont des collègues qui me motivent chaque jour en tant que secrétaire syndical à aller au travail avec une pensée positive et combative», a-t-il notamment déclaré.

Membre de la direction du secteur tertiaire d'Unia, en charge de la Convention collective de travail (CCT) Coop, Anne Rubin salue aussi cet engagement: «Il y a une bonne mobilisation des membres, pas mal d’actions, de plus en plus de militants qui accompagnent les secrétaires syndicaux dans leurs tournées dans les magasins et s’exposent dans les médias et sur les réseaux sociaux, cela donne une légitimité au syndicat et cela va dans le sens que nous souhaitons: que ces délégués soient des références du syndicat sur leur lieu de travail et offrent un meilleur ancrage au syndicat.» La syndicaliste rappelle qu’au côté du groupe professionnel se réunit un groupe d’accompagnement pour les négociations salariales composé de neuf personnes: «Cela fait deux ans qu’ils acceptent de faire des réunions le soir… Pour nous, c’est hyperprécieux d’avoir l’avis de nos membres, ils fixent un cadre et des lignes rouges.»

«Parfois, nous ne sommes pas d’accord avec la direction du syndicat», s’amuse Anne Lüthi Richard, en indiquant que cette démocratie à la base différencie Unia des autres organisations professionnelles signataires de la CCT.

Les négociations pour le renouvellement de celle-ci débuteront l’année prochaine. Le groupe professionnel a décidé de lancer une enquête auprès des employés afin de définir les principales revendications. «Il y a toujours des points à améliorer, explique la Vaudoise. Personnellement, je tiens à ce que l’ancienneté soit reconnue, il y a des collaborateurs qui sont là depuis vingt ans et qui gagnent à peine plus qu’un jeune qui sort d’apprentissage, je vais essayer de pousser pour que ça change.»

 

Assistantes en pharmacie et vendeuses valaisannes aussi nominées

Outre Coop, deux autres groupes ont été nominés pour le «Prix engagement» d’Unia. Les assistantes et les assistants en pharmacie vaudois, d’une part, qui se battent depuis trois ans pour décrocher une convention collective de travail cantonale (lire notre édition du 9 février) et qui, «malgré les revers, s’engagent pour la reconnaissance de leur branche et pour de meilleures conditions de travail», se réjouit le syndicat. Et, d’autre part, le groupe formé par le personnel de vente valaisan, qui a activement participé à la récolte de signatures pour le référendum contre la révision de la Loi concernant l’ouverture des magasins. «Leur engagement constant pour la campagne contre l’élargissement des horaires d’ouverture des commerces témoigne d’une opiniâtreté et d’une détermination sans faille.»

 

Une année 2023 «fructueuse» pour Coop

Coop affiche d’excellents résultats: en 2023, le groupe basé à Bâle a réalisé un chiffre d’affaires de 34,7 milliards de francs (+2,2%) et un bénéfice net de 575 millions (+2,1%). Présentant ces chiffres le 15 février, le géant orange a évoqué une «année fructueuse». Pour Unia, cette réussite est à mettre en premier chef au crédit du personnel et cette contribution décisive doit être reconnue d’autant plus que les collaborateurs «sont soumis à une pression et un stress croissants»: «Des journées de travail interminables et le travail du week-end sont monnaie courante pour de nombreux employés», dénonce le syndicat dans un communiqué. Outre ces résultats annuels, Coop peut s’appuyer sur un capital propre de plus de 11 milliards, qui, pour Unia, donne à l’entreprise les moyens «d’investir dans le personnel et les conditions de travail».

 

Pour aller plus loin

Remise de la «Râpe d’or» valaisanne à Sion

patrons et syndicats

La «Râpe d’or» 2024 a été décernée mercredi 21 février par Unia Valais à l’Association valaisanne des entrepreneurs (AVE) et à l’Association valaisanne des entreprises du carrelage...

«Emanciper le travail de la tutelle patronale»

manif

Depuis dix ans, le Groupe postcapitalisme romand planche sur des alternatives au système dominant. Le monde du travail est au coeur de ses réflexions

Les retraités romands d’Unia: des militants actifs qui souhaitent être reconnus

Denis Berger et John Amos regrettent que leur syndicat soit devenu un «mastodonte», ils plaident pour plus de créativité et une participation accrue des militants.

Président et vice-président du comité romand des retraités du syndicat, John Amos et Denis Berger prennent la parole pour faire connaître leur instance et demander qu’elle ait une existence statutaire

« C’est l’engagement collectif qui fait avancer cette société »

C’est dans son fief renannais que Pierre-Yves Maillard, président de l’Union syndicale suisse, a été invité à fêter son élection au Conseil des Etats en octobre dernier.

La commune de Renens a honoré, le 20 janvier dernier, son premier conseiller aux Etats élu l’automne passé