G20: aucun plan pour l’emploi et la protection sociale

Si la déclaration des dirigeants du G20, publiée le 22 novembre dernier, se penche sur un grand nombre de thématiques particulièrement importantes, elle ne propose aucune initiative coordonnée – plus que nécessaire – pour l’emploi et la protection sociale. La Confédération syndicale internationale (CSI) salue les mesures visant à garantir un accès équitable aux traitements et aux éventuels vaccins, mais regrette qu’aucune nouvelle initiative n’ait été prise pour soutenir les pays en développement ou progresser en faveur d’une réforme fiscale internationale.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a souligné: «De mémoire d’homme, le monde est face à son plus grand défi en matière d’emploi. Et pourtant, les dirigeants du G20 n’ont pas pris les initiatives nécessaires. La déclaration se limite à reconnaître l’ampleur du problème, sans proposer de véritables solutions. Une action coordonnée, qui soutienne les pays les moins riches, est nécessaire pour la reprise et la résilience. Le manque d’ambition mondiale de cette déclaration du G20 est extrêmement décevant. Les pays y sont livrés à eux-mêmes pour surmonter les conséquences économiques dramatiques de la pandémie.»

La déclaration compte néanmoins quelques éléments positifs, notamment ses références à la nécessité de prendre des mesures pour soutenir des secteurs tels que le tourisme et l’agriculture et lutter contre la corruption. Elle souligne également l’importance de l’éducation, bien qu’aucun engagement n’ait été pris pour financer ce secteur ou soutenir les enseignants et le personnel des écoles. Quelques timides propositions vont dans le sens d’une action pour le climat et la biodiversité, d’autres rappellent la nécessité de réformer et financer le Fonds monétaire international (FMI).

Pierre Habbard, secrétaire général de la Commission syndicale consultative (TUAC) auprès de l’OCDE, indique: «Le G20 a été créé initialement pour venir en aide aux économies touchées par la crise de 2008-2009 et coordonner des politiques en vue de définir des modèles de croissance durable et réduire, entre autres, les inégalités. Aujourd’hui, nous sommes face à un G20 qui risque bien de s’essouffler. L’année prochaine sera décisive pour relever la barre et renforcer l’ambition de ce forum mondial, afin de le ramener à son mandat initial: nous sortir de cette crise mondiale.»

Sharan Burrow a ajouté: «La planète entière attend des mesures ambitieuses, capables de répondre à des questions d’importance cruciale pour l’économie mondiale, mais rien de tout cela n’est sorti de la réunion. Nous attendons de pouvoir travailler avec la présidence italienne du G20 pour pouvoir réaliser de véritables progrès dans ce domaine.»

CSI/L’ES