Pour des loyers financièrement supportables

La votation qui aura lieu ce 9 février soumet au peuple suisse un objet de la plus haute importance. Il s’agit d’avoir accès à davantage de loyers abordables. L’objectif de ce vote est de soutenir la création de logements d’utilité publique. Cela par des prêts à faibles taux d’intérêt et par le cautionnement des coopératives d’habitation.

Aujourd’hui, une très grande quantité de logements sont vides. Cela a pour but de garder un niveau de loyers très élevés. Et ce malgré des taux d’intérêts hypothécaires historiquement bas, qui devraient attirer les loyers à la baisse. Or, c’est tout le contraire qui se produit. La concurrence ne joue pas. Le marché immobilier est devenu de plus en plus débridé, la preuve que la main invisible du marché est inopérante. De ce fait, les locataires sont les dindons d’une mauvaise farce.

Des loyers trop élevés pénalisent les locataires, qui ont plus de difficultés à gérer leurs budgets. Cela diminue aussi le pouvoir d’achat d’un grand nombre de Suisses, qui doivent également couvrir d’autres dépenses importantes pour leurs ménages. Il n’est pas vain que l’Etat intervienne en matière de logements en faveur de beaucoup de citoyens de ce pays. C’est donc pour corriger une anomalie du marché qu’il faudra glisser un OUI franc ce 9 février dans les urnes.

Thierry Cortat, membre du comité régional d'Unia Transjurane, Delémont