Davos: 1400 milliards de dollars!

Militants Greenpeace déguisés en banquiers.
© Greenpeace/Ex-Press/Flurin Bertschinger

A Davos, le 22 janvier, des militants de Greenpeace déguisés en banquiers ont appelé le secteur financier à cesser ses investissements phénoménaux dans les énergies fossiles: 1400 milliards de dollars depuis la signature de l’Accord de Paris en 2015. L’ONG cloue au pilori les banques, les assurances et les fonds de pension présents au World Economic Forum (forum économique mondial) sur son site World Economic Failure (l’échec économique mondial). Elle dénonce aussi dans un communiqué les investissements dans les secteurs responsables du réchauffement climatique de la part de Credit Suisse et d’UBS, ainsi que de la Banque nationale suisse. «Les chiffres montrent que les mesures d’autorégulation du secteur financier ne suffisent pas pour faire face à la crise climatique, qui se transformera tôt ou tard en crise économique, souligne Asti Roesle, experte sur la question pour Greenpeace Suisse. Il est urgent d’adopter des mesures politiques nationales et internationales qui permettront au secteur financier de dépasser la rentabilité à court terme et d’orienter les investissements vers une économie à bas carbone. En Suisse, il appartient aux parlementaires, au ministre des Finances, Ueli Maurer, et aux autorités de surveillance d’agir rapidement et de se montrer progressistes.»

Le rapport de Greenpeace (en anglais): worldeconomicfailure.com