Les Verts relancent l’idée d’un revenu de base inconditionnel

A Genève, le parti écologiste déposera une motion demandant la mise en place d’un projet pilote pour tester le revenu de base inconditionnel

Il y a trois ans, un tiers des citoyens genevois votait pour un revenu de base inconditionnel (RBI). L’un des meilleurs scores pour le RBI rejeté largement au niveau national dans les urnes, mais dont l’idée n’est de loin pas morte.

A Genève, en septembre, une motion sera déposée également par le parti écologiste qui fait écho aux revendications féministes et climatiques. «Le RBI constitue non seulement un excellent moyen d’assurer une meilleure redistribution des richesses au sein de la population, femmes et hommes confondus, mais permet aussi de repenser totalement notre relation au travail et de valoriser les activités non rémunérées, essentielles à la cohésion sociale», écrivent les Verts genevois et l’organisation Bien (Basic Income Earth Network) suisse dans un communiqué. Les activités du care et les tâches non rémunérées étant encore principalement à la charge des femmes, s’il faut encore le rappeler.

Nicolas Walder, président des Verts, souligne que les modalités du projet pilote, à conduire avec l’Université, doivent tenir compte de la durée nécessaire pour analyser les effets. «Deux ans, comme le projet mené en Finlande, n’est certainement pas suffisant. Et nous pensons que l’échantillonnage de la population doit être diversifié afin de ne pas toucher que les personnes à l’aide sociale. Par exemple, si une personne qui se prostitue reçoit un RBI de 2500 francs par mois, comment réagira-t-elle? Continuera-t-elle son activité ou imaginera-t-elle un autre avenir si elle sait qu’elle aura ce soutien financier pendant une assez longue durée pour entamer une formation ou changer de métier? Une femme au foyer pourra-t-elle s’émanciper de son mari, et les travailleurs de leur patron, si un revenu de base, pas forcément à la hauteur de leur salaire mais suffisant pour vivre, leur est alloué d’office?»

Changer de système

Pour l’heure, Nicolas Walder estime que le RBI pourrait atteindre 2500 francs par personne, la moitié ou un tiers pour les enfants… «Mais nous discutons encore des modalités», précise celui pour qui le RBI est la seule solution viable dans la transition écologique que nous vivons. «Le système productiviste, basé sur l’emploi à plein temps, nous envoie dans le mur. La transition écologiste nous obligera à moins consommer, à avoir moins d’automobiles, moins d’usines, et donc moins d’emplois. Il faut alors détacher le revenu, du moins une partie, de l’emploi pour passer le cap. Je suis convaincu qu’on n’a pas vraiment le choix. Soit on assure une vie digne à chaque personne, soit on risque une catastrophe sociale, voire une guerre civile. Un système redistributif comme le RBI permettrait de ne laisser personne au bord du chemin. Comme il implique un bouleversement social, le processus est lent.» Une lenteur que connaissent aussi les Verts lausannois. Ceux-ci ont déposé un postulat en 2015 «demandant une étude sur la faisabilité et l’opportunité d’une expérience pilote dans la perspective d’un revenu de base inconditionnel» accepté par le Conseil communal. Trois ans plus tard, la Municipalité n’a toujours pas rendu son rapport.