Les temporaires mieux protégés

Offres d'emploi pour temporaires.
© Thierry Porchet

Bonne nouvelle pour le personnel temporaire! La Convention collective de travail (CCT) Location de services a été renouvelée pour trois ans, garantissant le maintien des acquis en matière de conditions de travail et de protection sociale. Mieux encore. Elle prévoit une augmentation des rémunérations et l’application, dès 2023, des salaires minimums à l’ensemble des secteurs actuellement exclus de l’accord, sous réserve que les branches et les entreprises concernées n’aient pas défini des montants planchers dans leurs CCT respectives applicables aux intérimaires. «Nous sommes très contents de cette issue et ce d’autant plus en cette période de crise sanitaire et d’incertitude sur le marché de l’emploi», commente Véronique Polito, membre de la direction d’Unia. En ce qui concerne la hausse des salaires minimums mensuels, elle aura lieu en deux temps. Les personnes non qualifiées toucheront 40 francs de plus en 2022, puis, en 2023, une nouvelle fois cette même somme. Pour les personnes au bénéfice d’une formation, la majoration s’élèvera à deux fois 25 francs, selon ce même planning. Au Tessin, le salaire minimum pour les employés non qualifiés sera aussi amélioré en deux étapes, le 1er décembre 2021 et le 1er décembre 2022, pour un montant total de 220 francs par mois. «Avec ces augmentations successives, le salaire minimum au Tessin devrait respecter celui fixé au niveau cantonal», précise le communiqué des partenaires sociaux signataires de la nouvelle CCT. Ces derniers, soit Swissstaffing, les syndicats Unia et Syna, la Société des employés de commerce et Employés Suisse, ont demandé au Secrétariat de l’économie de déclarer le nouvel accord, qui entre en vigueur le 1er janvier prochain, de force obligatoire. Il couvre 380000 travailleurs offrant chaque année leur service par le biais de plus de 800 agences temporaires.